Partagez cet article :
FacebookEmailPrint

Les acouphènes

Les acouphènes correspondent à un son perçu par nos oreilles qui ne trouve pas de source dans notre environnement sonore. Cette sensation auditive est produite par notre organe auditif et peut être permanente ou ponctuelle. De plus l’acouphène peut être illustré par différents types de sons comme des sifflements, bourdonnements, grésillements,…

Actuellement en France, on estime à plus de 17 millions le nombre de personnes acouphèniques. Soit environ 25% de la population française touchée par les acouphènes. Heureusement, 12.3 millions de personnes atteintes déclarent avoir un acouphène épisodique (72%). De plus, les acouphènes touchent d’avantage les jeunes et les séniors. En effet 56% des 16-34 ans témoignent avoir déjà ressentis un acouphène. Et 43% des seniors souffrent d’acouphènes. 

Cependant pour 1.6 millions de français, l’acouphène est gênant. Et 300 000 personnes disent avoir un acouphène intolérable.
Pourtant il existe des solutions pour réduire ces sensations auditives et améliorer son confort. 

Les acouphènes et ses origines

Les acouphènes peuvent avoir plusieurs origines. De ce fait, les scientifiques les ont rangés en deux familles :

– Les acouphènes objectifs
– Les acouphènes subjectifs

Les acouphènes objectifs

Cette famille d’acouphène est caractérisée par un acouphène mesurable et identifiable sur le plan médical. Aussi, cette forme d’acouphènes représente moins de 1% des acouphèniques. Il s’agit généralement d’acouphènes liés à des chocs traumatiques, des anomalies anatomiques, problèmes dentaires ou hypertension.  Egalement, ces acouphènes peuvent même être de forme pulsative et être enregistrés par votre praticien ORL. Ainsi, pour cette forme d’acouphène un suivi ORL est nécessaire dans lequel des IRM et scanners seront effectués pour en trouver la source.

Aussi, des traitements médicamenteux ou chirurgicaux peuvent être proposés selon la source du problème.

Les acouphènes subjectifs

Cette forme d’acouphènes est la plus courante. Environ 90% des français ont déjà eu un acouphène de ce type suite à une forte exposition au bruit (concert, spectacle, boîtes de nuit, travaux bruyants,…). Ils sont dans la plus part des cas peu gênants, transitoires et disparaissent par la suite.

Aussi, ces acouphènes sont dus à une absence de stimulation sonore. En effet, après une forte exposition sonore les cellules de l’oreille interne se mettent en veille, ce qui génère cet acouphène qui disparaît après repos des cellules. D’autre part, la destruction de cellules auditives suite à un traumatisme sonore a pour conséquence de relâcher du potassium dans l’oreille interne. Ensuite ce potassium va venir stimuler les cellules auditives voisines et produire un acouphène pouvant durer 24 heures. 

Alors, les personnes souffrant de surdité ont généralement un acouphène permanent lié à la sous stimulation de certaines fréquences de l’audition. Ainsi, une surdité sur les fréquences aigues provoque souvent un acouphène de type sifflement et une surdité sur les basses fréquences, un son de type bourdonnement. En effet, dans 90% des cas les acouphènes sont liées à des lésions des cellules auditives. De plus, certaines personnes normo-entendantes peuvent avoir des acouphènes de ce type lors d’un manque de stimulation (exemple : travail en milieu en calme).

Plus précisément, les acouphènes subjectifs sont généralement contrôlés par le nerf auditif. Au niveau de certains points appelés « relais », le nerf auditif va augmenter ou diminuer certaines stimulations sonores. Et lorsque ce mécanisme est altéré, cela peut provoquer hyperacousie et acouphènes. On parle alors de trouble du système nerveux. 

Par ailleurs, les acouphènes subjectifs varient en intensité selon le stress, la fatigue accumulée et la présence de stimulations sonores.

Acouphènes et ses solutions

Pour plus d’un million de français, les acouphènes nécessitent une prise en charge médicale. En effet 35% des acouphèniques déclarent être plus irritables. Cependant 54% de ces patients ne se voient proposer aucune solution à leur problème. Et dans 34% des cas les acouphèniques se rendent chez leur médecin généraliste pour ce trouble auditif.

Pourtant, certaines solutions auditives permettent de réduire significativement cette gêne auditive. En cas de surdité dépistée, un appareillage auditif assure une restitution des stimulations auditives qui participe à la diminution des acouphènes. Dans 96% des cas, l’appareillage auditif est la solution pour rendre l’acouphène non gênant pour le patient. Avec des aides auditives adaptées le patient perçoit un flux d’informations auditives normal et rééduque petit à petit le nerf auditif. 

D’autre part, lorsque l’appareillage auditif n’est pas suffisant ou en cas de sujet normo-entendant, il est possible de mettre en place un générateur de bruit blanc. Dans ce cas une aide auditive (générateur de bruit blanc) va fournir un son qui a pour objectif de stimuler l’audition du patient et de masquer l’acouphène. Avec cette méthode, la perception de l’acouphène diminue à condition d’une prise en charge adaptée et régulière. Pour ce faire l’audioprothésiste procéde à une acouphènomètrie. Avec ce test, le professionnel identifie avec précision les fréquences sur lesquelles se situe l’acouphène. Aussi, ces mesures permettent la personnalisation du réglage du générateur de bruit blanc.

Le son appliqué respectera la méthode TRT (Tinnitus Retranning Therapy) inspirée du modèle de Jastreboff qui vous permettra grâce à des mesures et la mise en place de conseils personnalisés, le relâchement de votre acouphène.

Cependant actuellement encore 91% des 15-17 ans écoutent régulièrement de la musique à l’aide de leur Smartphone. Cette consommation excessive du son est un risque important de surdité et d’apparition d’acouphènes. De plus, 200 000 nouveaux cas de patients acouphèniques sont recensés chaque année.

Vous avez des acouphènes et souhaitez rencontrer notre équipe d’audiorptohésistes pour réaliser gratuitement un bilan auditif et une acouphènomètrie, cliquez ici

 

Source : Enquête lfop-JNA