Partagez cet article :
FacebookEmailPrint

Les effets des antidépresseurs sur notre audition

Les antidépresseurs font parti des avancées majeures de ces dernières années. En effet, la dépression est devenue une maladie courante qui affecte plus de 25% de la population européenne. De plus, la dépression est la première cause de morbidité et d’incapacité dans le monde. Et celle-ci peut être chronique ou récurrente et altérer la vie des personnes sujettes à la dépression. En outre, 15% des maladies en 2020 sont liées à la dépression selon l’OMS.

Aussi, certaines études expliquent que la prise d’antidépresseurs peut avoir un impact sur notre  audition. En effet, les antidépresseurs modifient l’activité cérébrale et peuvent affecter les neurones qui permettent une écoute complète. Bien que l’écoute soit importante, le confort auditif est aussi un aspect fondamental de l’audition. Actuellement en France plus de 17 millions de personnes souffrent d’acouphènes périodiques qui provoquent un déséquilibre auditif.

Le fonctionnement des antidépresseurs

En effet, les antidépresseurs sont généralement utilisés pour réduire le sentiment de tristesse ou d’anxiété. Et une personne en dépression peut être exposée à un ralentissement moteur, ce qui provoque plusieurs symptômes. D’un point de vue médical, il est possible d’expliquer comment agissent les antidépresseurs. Tout d’abord, les informations qui circulent dans le cerveau sont sous forme de messages électriques. Puis, entre les neurones, les synapses constituent des zones d’échanges d’information. Aussi, les neurones émetteurs libèrent des neurotransmetteurs (comme la sérotonine) qui se lient aux neurones récepteurs. Alors, lorsqu’une personne est en dépression, on observe un déséquilibre de certains neurotransmetteurs. Ainsi, les antidépresseurs servent à rééquilibrer le fonctionnement des circuits qui provoquent les symptômes de dépression. Cependant, l’idéal serait de créer de nouvelles connexions neuronales mais cette théorie n’est pas encore prouvée.

D’autre part, la sérotonine régule de nombreuses fonctions vitales dans tout le corps comme la maturation et la mort des cellules nerveuses. Et donc, la sérotonine est un neurotransmetteur qui a un impact sur l’humeur. Aussi,  le taux de sérotonine est plus faible que la moyenne chez les personnes souffrant de dépression. Alors que la sécrétion abondante de sérotonine est essentielle pour le bon fonctionnement des cellules nerveuses.

Pour survenir aux besoins de plus de 300 millions de personnes touchées dans le monde, il existe plus de 20 différents types d’antidépresseurs. Et ils permettent de moduler la concentration des neurotransmetteurs. Aussi, le traitement se met en place sur plusieurs semaines pour obtenir des résultats prometteurs. Le choix de l’antidépresseur revient au médecin traitant qui s’appuie sur les besoins du patient pour adopter le meilleur traitement. Cependant, il est important de rester vigilent et concentré sur la prise de ces médicaments car ils présentent des effets secondaires. Pour plus de renseignements, rendez-vous chez votre médecin traitant.

Les acouphènes et les antidépresseurs

De nos jours 25% des français ont déjà ressenti un acouphène.  Parmi ces acouphèniques, 1,6 millions de français déclarent leurs acouphènes insupportables. Alors, le rôle des audioprothésistes est de réduire ou de rendre supportables les acouphènes. Aussi, dans 95% des cas, on parle d’acouphènes objectifs. Et ces derniers sont généralement liés à des troubles de l’audition. Cependant, la prise d’antidépresseurs affecte le plus souvent les personnes atteintes de surdités. En effet, 1 français sur 10 fait une dépression de nos jours. Et  l’accoutumance aux antidépresseurs atteint l’audition de manière positive et négative.

D’une part, une étude réalisée par les chercheurs de Oregon Health& Science University montre que certains antidépresseurs risquent d’aggraver les acouphènes. Ainsi, ils expliquent que les effets de la sérotonine dans le cerveau s’accentuent en présence d’antidépresseurs. Or, les neurones présents dans le cortex auditif sont excités par l’augmentation du taux de sérotonine. Alors, ces neurones peuvent devenir hyper-sensibles à une sensation sonore extérieure. Et donc l’action des antidépresseurs serait néfaste pour les personnes concernées par des acouphènes subjectifs. Et ainsi, on observe une contre-productivité des antidépresseurs.

D’autre part, les antidépresseurs peuvent produire un effet de ralentissement cognitif. Alors, certaines personnes n’ont plus accès à la totalité de leur suppléance mentale (capacité visant à compléter les lacunes auditives). De ce fait, si le traitement est trop puissant, un retard de compréhension est souvent visible ainsi que d’avantages de difficultés auditives.

En revanche, une autre étude réalisée par les chercheurs de Sahlgrenska Sjukhuset montre des effets prometteurs sur le trainement des acouphènes par la prise d’antidépresseurs. Cette étude réalisée sur 80 personnes acouphèniques montre des résultats étonnants. En effet, il en ressort une nette distinction entre les deux populations (témoin et test). Les personnes ayant pris un antidépresseurs affirment être réellement soulagées voir même guéris de leurs acouphènes. Alors les chercheurs expliquent que les antidépresseurs participent à la diminution du stress et favorisent le relâchement des acouphènes.

La sophrologie : une solution alternative qui diminue les acouphènes

Par ailleurs, la sophrologie peut être une solution efficace contre les acouphènes. En effet, la sophrologie est un entrainement du corps et de l’esprit qui a pour but d’apaiser le sujet et de le relaxer. Et elle peut être perçue comme une discipline de méditation ou bien d’hypnose. Alors, la sophrologie s’avère enrichissante voir spectaculaire lorsqu’il faut répondre à une problématique. Ainsi la sophrologie participe à la diminution du stress et produit une baisse des acouphènes. Si ce facteur augmente, vous aurez l’impression que l’intensité de l’acouphène augmente et ce comme un cercle vicieux. Alors, nous pouvons comprendre pourquoi et en quoi la sophrologie s’avère être une bonne solution aux acouphènes. En détail, le cortex auditif à qui est dévolue le traitement des sons entretient des liens plus qu’étroits avec le système limbique qui n’est autre que le siège des émotions. Ainsi, il en résulte que le cortex auditif est sensible à la stimulation émotionnelle et ne joue pas son rôle de filtrage. Et si ce filtrage n’est pas correctement effectué, vous sentirez une hyper-perception des acouphènes. Alors, l’activité de relaxation qu’est la sophrologie accomplie sa mission en organisant vos émotions.

La population des Séniors fortement touchée par les acouphènes

Aujourd’hui, les acouphènes affectent l’ensemble de la population et à tout âge. En effet, ce phénomène est souvent lié à des lésions des cellules auditives. Alors, le vieillissement est généralement un facteur de risque du développement d’acouphènes. De ce fait plus de 70 % des plus 80 ans ont des acouphènes de part la présence d’une surdité. En détail, la surdité engendre un dysfonctionnement du nerf auditif qui produit un acouphène. Cela est dû à un manque de stimulation auditive. Cependant, ces chiffres sont ordinaires car la vieillesse est un facteur important de la perte d’audition. Alors, inutile de s’inquiéter car le port d’une prothèse auditive peut être la solution idéale.

Alors si vous avez des questions sur votre audition ou désirez effectuer un bilan auditif gratuitement par l’un nos audioprothésistes, vous pouvez prendre rendez-vous en composant le 01.87.37.49.94 ou en nous contactant via notre formulaire de contact.

Nous contacter

Vous avez une question sur notre offre d'appareils auditifs ou nos services ?
N'hésitez pas à nous écrire !

Quelle est votre demande ?

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.